Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cinéma : Paddington

2 Décembre 2014

Cinéma : Paddington

Paddington, la belle surprise de cette fin d’année

Le filon des films pour enfants s’avère en général plutôt rentable, et les grands studios s’en donnent à cœur joie, en batailles de héros en tout genre et de marchandising ad hoc, pour placer leur «produit».

Pourtant quand on sort de la projection de Paddington, un sentiment de sans faute assez rare vous envahit l’esprit, qui vous étonne même tant vous passez désormais votre temps à décortiquer avec inquiétude, ce que votre fils, des Tortues Ninja au Power Rangers, ingurgitent.

Une petite et précieuse satisfaction d’avoir donné à son enfant un petit aperçu de ce que peut ou doit être le 7ème art.

Nous parlons ici de divertissement "mainstream", d’un spectacle grand public, mais au sens le plus noble et presque nécessaire en ces temps troubles et angoissants.

Ainsi, à l’image de cette adorable calypso – pour une fois la musique est irréprochable (conseillons la très belle compilation London is a place for me chez Honest Jons pour prolonger le plaisir des grands et des petits), qui sert de fil rouge aux pérégrinations de notre ourson, Paddington oscille, avec la fragile et poétique assurance d’un funambule, entre mélancolie et loufoquerie.

Tout en finesse et humour, nous voici donc embarqué dans les pas et les pattes de notre ami à la politesse d’un autre temps, qui doit quitter son Pérou natal suite à une catastrophe naturelle, pour tenter sa chance à Londres, pluvieuse mégalopole européenne bien loin de ses rêves d’enfant, et qui y rencontre une famille d’accueil bien involontaire, du moins au début.

Derrière les dégâts domestiques que sa naïveté provoque inévitablement, dans une jouissive réinvention numérique de Buster Keaton, des sujets plus sérieux sont surtout abordés avec beaucoup de subtilité : la tolérance, l’immigration, la différence, l’éducation…

Rien n’est asséné ni balancé lourdement, tant le propos reste d’abord focalisé sur les personnages, parmi lesquels Nicole Kidman qui campe une somptueuse et vénéneuse méchante.

Pour terminer la présence de la capitale anglaise dresse un sublime décor naturel , qui nous fait presque regretter que les Clash ne soit pas de la BO.

Un bonheur cinématographique qui rend les enfants plus intelligents en les faisant rire.

Courrez le voir et on s'en reparle…

Une Gazelle à Paris

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

gazelleservices 13/05/2015 13:27

Gazelle Service:- Good Idea for this blog..